.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 inattendue surprise ; pv hildigrim touque

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
Invité


MessageSujet: inattendue surprise ; pv hildigrim touque   Lun 13 Fév - 11:21

rencontre dans les bois
« avec hildigrim touque »
Les paroles en italique sont en Elfique.

« Ils se sont arrêtés au bord de la rivière. » Perché sur sa grande monture, Thalion écoutait les paroles de Felfin, un des guerriers envoyés en patrouille, avec grand intérêt. Cela faisait à présent deux jours que le petit groupe d'Elfes suivait une bande d'Orcs solitaires. Ceux-ci avaient été repérés à quelque distance des Monts Brumeux, et se dirigeaient visiblement vers le Mordor. Pour ce faire, ils avaient pour l'instant longé l'Anduin, sans doute jusqu'à se retrouver loin de la Forêt Noire, évitant ainsi la présence certaine des Elfes. Mais ces derniers ne se cantonnaient pas dans leurs terres, non. Ils patrouillaient, surveillant nombre d'endroits et de passages.

« Nous les attaquerons par l'est, ils seront aveuglés. » Le soleil se couchant à l'horizon, les Orcs auront de la peine à se battre efficacement avec l'astre lumineux en plein dans les yeux. Levant la tête, Thalion admira quelques instants le ciel d'un bleu infini qui s'étendait devant lui. L'excitation du combat commençait à monter en lui, puisque jamais il ne s'était battu de la sorte. Oh oui, il avait jouté de nombreuses fois contre son père, Legolas, ainsi que contre d'autres illustres guerriers de la Terre du Milieu. Mais jamais dans un combat à mort, à l'issue de laquelle la vie même était en jeu. Respirant un bon coup, il fut interrompu par Felfin, qui posa sa main sûre de son commandant, bien plus jeune : « Ne vous inquiétez-pas, tout se passera bien. » Souriant à l'attention de son ami, Thalion se sentit réconforté par la présence de cet excellent guerrier. En fait, les vingt autres compagnons étaient tous maîtres bretteurs et archers, parmi les meilleurs de son peuple. Avait-il réellement quelque chose à craindre de la part d'une trentaine d'Orcs puants ?

« Allons-y mes frères. » Faisant avancer Gaelegrin, sa monture blanche, digne descendant d'Asfaloth, Thalion fut suivit par ses vingt compagnons, et tous ensemble ne semblèrent former qu'une unique masse, se mouvant à la même vitesse, suivant les mêmes mouvements. Thalion menait sa troupe vers l'ouest, vers l'Anduin, guidé par Felfin, qui savait exactement où se trouvaient les Orcs. Ceux-ci étaient en train de marcher, ou de courir, vers le sud, toujours en suivant l'Anduin, et lorsque les Elfes les trouveraient, les hideuses créatures seraient attaquées par l'est. Le soleil dans les yeux, il ne leur sera pas facile de se battre correctement. Si une fois un Orc avait eu une chance contre un Elfe ...
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: inattendue surprise ; pv hildigrim touque   Lun 13 Fév - 14:24

Hildigrim était en pleine rôderie - ainsi qu'il aimait appeler ses vadrouilles solitaire - dans les Terres Sauvages de l'est. Après un séjour précipité à Minas Tirith où il avait consulté les archives les plus secrètes relatives à la Guerre de l'Anneau, il avait décidé de reprendre le chemin de la Comté à pieds, sans compagnon, seul avec ses pensées, mais surtout seul contre les nombreux dangers qui pavaient sans aucun doute sa route.

Et tandis qu'il marchait de bon train dans la flore brûlée par la guerre des Terres Brûnes, peu après les chutes de Rauros, il souriait encore en repensant au mal que c'était donné l'intendant du Gondor pour essayer de lui faire accepter une escorte; Hildigrim lui avait négligemment rit au nez, avant de lui rappeler d'un ton sec qu'il n'était plus un enfant - contrairement à ce que sa taille pouvait lui faire penser - et qu'il avait déjà plus d'expérience de la vie qu'il n'en aurait jamais. Après de telles paroles, l'intendant s'était tu d'un air embarrassé, et notre hobbit était parti sans se retourner, une moue satisfaite sur le visage. Traiter un Touque avec condescendance n'avait jamais été une décision judicieuse, et Hildigrim ne perdait jamais une occasion de le rappeler aux Hommes.

Quoi qu'il en soit, il flânait donc à travers champs lorsqu'il décida de s'arrêter pour prendre sa deuxième collation, l'après-midi touchant presque à sa fin. Le hobbit se trouvait sur la rive est de l'Anduin, qu'il avait longé depuis le Gondor en remontant vers le nord. Il n'avait pas croisé âme qui vive tout le long du trajet, d'ailleurs, et savourait cette chance inespérée en prenant plus de pause en pleine nature que ne l'exigeait la prudence. Il s'assit donc sur une falaise accidentée qui dominait la rive de l'Anduin pour manger et fumer une pipe bien méritée. Il ne fut pas assit depuis dix minutes qu'il entendit alors au loin un bruit assourdissant qui faisait trembler le sol, comme un tonnerre provenant des entrailles de la terre.

« Par la barbe de Gandalf le Blanc, qu'elle diablerie est donc encore à l'oeuvre par ici ? » murmura t-il d'un air inquiet. Prestement, il dégaina son épée Elenath - ce qui signifiait "Firmament" en Sindarin -, attrapa son sac de son autre main et descendit de la falaise pour se mettre à couvert derrière son versant sud. L'oreille tendue et le souffle court, Hildigrim sentait que le grondement se rapprochait, et il risqua un coup d'oeil sur la rive de l'Anduin; ce qu'il vit le glaça de terreur. Une troupe d'orcs, grands, forts et apparemment entraînés courait dans un vacarme assourdissant le long du fleuve et se rapprochait du hobbit à une vitesse alarmante. Malheureusement pour lui, ils avaient senti l'odeur du tabac qu'Hildigrim venait de fumer et qui indiquait pour eux la présence d'un être humain à quelques mètres. Ils ralentirent le pas, et commencèrent à se disperser dans les falaises pour tenter de le retrouver.

Désespéré, Hildigrim se crispa sur la garde de son épée elfique, et se mis à longer la falaise à pas de loup, sentant qu'il valait mieux ne pas rester où il était trop longtemps mais ne pouvant rebrousser chemin sous peine de se faire abattre d'un tir de flèches. Au moment où il allait se mettre à courir en direction d'une nouvelle colline pouvant offrir un abri, un orc gigantesque sauta de la falaise devant lui en poussant un rugissement à glacer le sang. Hildigrim n'eut pas le temps de pointer son épée sur son ennemi qu'il le saisit par le cou et le souleva du sol pour le montrer à ses congénères. « Regardez ce que je viens de trouver ! De la chair fraiche de semi-homme ! ». Eclatant d'un rire gras, les orcs se réunirent autour d'Hildigrim, dégainant leurs poignards et leurs épées aux lames rouillées.

Soudain, le bruit assourdissant d'un galop effréné retenti dans la plaine autour de la petite falaise et sembla pétrifier ces orcs pourtant sanguinaire; ils tournèrent tous la tête en direction du vacarme, les yeux écarquillés. Hildigrim, qui commençait à suffoquer, leva alors son épée qu'il n'avait pas lâchée et profita du moment d'égarement des orcs pour trancher le bras de son agresseur, lui faisant ainsi lâcher sa prise sur son cou. L'orc poussa un hurlement digne du Mordor.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: inattendue surprise ; pv hildigrim touque   Lun 13 Fév - 15:11

En pleine forêt, ou du moins en terrain boisé, Thalion aurait opté pour une approche bien plus discrète : pouvant se déplacer sans faire un bruit, ses guerriers se seraient postés bien à l'abri, arrosant les Orcs de mortelles flèches, ne leur laissant aucun répit tant qu'une seule de ces malfaisantes créatures marcherait encore. Mais là, en rase campagne, ils seraient repérés de loin, peu importe la manière d'approcher, à moins de ramper tels des serpents se faufilant entre les hautes herbes. Et pour ce faire il fallait laisser les chevaux au loin, ce qui n'était, ici, pas envisageable. Tout comme son maître, Gaelegrin piaffait d'impatience, sa robe d'un blanc pur illuminée dirait-on par le soleil qui luisait à l'horizon. « Une salve de flèches seulement. » L'effet surprise devait être total, mais la tactique bien rodée. Tout en chevauchant, les Elfes lâcheraient leurs flèches en direction des Orcs, après quoi ils se rueraient au combat. Tous étaient équipés d'une lance, ce qui était, pour un cavalier, un avantage inégalable face à des adversaires au sol. Et puis d'après Felfin les Orcs étaient armés de grands boucliers, d'arcs et d'épées, ce qui laissait présager une charge bénéfique pour les hommes de Thalion. Mais une fois le premier contact passé, les Elfes laisseraient leurs lances, préférant leurs longues et fines lames, ainsi que leurs boucliers légers mais résistants.

Alors qu'il s’apprêtait à voir une colonne d'Orcs courant vers le sud, ce fut un attroupement arrêté qui se présenta au petit-fils de Thranduil. Plissant les yeux, Thalion aperçu, au milieu du groupe, une créature ... connue de ses yeux. « Un Hobbit. Visez-bien mes frères. » En effet, il ne fallait pas que le Hobbit soit blessé par une flèche perdue. Un Hobbit ... Thalion était songeur. Que faisait un membre du petit peuple ici, si loin de leurs terres ? Peut-être s'agissait-il d'Hildigrim ? Ce Hobbit voyageait souvent, et Thalion s'était prit d'amitié pour cet être des plus sympathiques. A cette pensée, son coeur se serra. Et la colère monta en lui : les Orcs allaient payer leur audace, s'aventurer ainsi en pleine journée. Se pensaient-ils aux temps de Sauron le Cruel ? « Pour Thranduil, pour la Forêt Noire ! » Un léger d'encouragement retentit parmi les Elfes, qui déjà se préparaient. Guidant leurs montures avec la seule force de leurs jambes, ils encochèrent leurs flèches. Quelques secondes plus tard, vingt et une flèches volèrent en direction des Orcs. Après cette première salve, les cavaliers firent accélérer leurs montures, leurs lances pointées vers l'avant.

Quand ils entendirent le bruit des sabots frappant le sol, semblable au tonnerre, les Orcs se tournèrent vers les Elfes. Ce fut à cet instant que les flèches tombèrent, se figeant, pour la plupart, dans la chair noir des créatures puantes. Dès cet instant, tout fut très confus, entre les cris de douleur et de rage. Les Orcs qui ne furent pas tués se ressaisirent très vite, et avancèrent vers cette nouvelle menace. Thalion n'avait qu'une idée : atteindre le Hobbit, qu'il s'agisse d'Hildigrim ou pas. L'impact de la cavalerie fut violent, et presque toutes les lances trouvèrent un adversaire. Le coeur battant à tout rompre, Thalion réussi à regarder l'horrible visage de son premier adversaire. Lâchant sa lance sous la force du coup, l'Elfe dégaina ses deux dagues jumelles.

Parant un coup d'épée, une grande lame plate et rouillée, Thalion fit tomber la main de son assaillant au sol. Ignorant le rictus de douleur et le cri du blessé, il mit fin à sa souffrance, lui ouvrant le visage en deux. Entouré de ses hommes, Thalion se sentait pour le moins ... invincible. Partout il lui semblait voir des Orcs tomber, sous le coup des furieuses épées elfiques. Soudain, il vit le Hobbit, libre. A sa main tenait une belle épée, teintée de sang. Ce fut en reconnaissait le visage de son ami Hildigrim que Thalion réussi à sourire : le Hobbit n'était pas dépourvu de ressources, et n'était pas du genre à se laisser faire !

« Je reconnais là bien mon ami Touque. » Faisant arrêter sa monture aux côtés du semi-homme, Thalion lui tendit la main, afin que le Hobbit puisse monter sur Gaelegrin. Avec sa taille, et avec la grande confusion qui régnait encore, il était dangereux de se retrouver au sol. Car s'il ne devait rester plus qu'une dizaine, voire moins, d'Orcs en vie, ceux-ci s'étaient rassemblés, et dos à dos, ils vendaient chèrement leurs carcasses. Mais ils étaient voués à la mort, puisque si certains cavaliers les empêchaient de s'éparpiller, d'autres préparaient déjà leurs arcs ...
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: inattendue surprise ; pv hildigrim touque   Lun 13 Fév - 19:57

Au moment où Hildigrim coupait le bras de son agresseur, une salve de flèches venue de nulle part s'abattit violemment sur le groupe d'orcs rassemblé autour de lui. Par chance ou par miracle, aucune d'elles ne vint se planter dans le crâne du hobbit, et toutes atteignirent leur cible à la perfection. De nombreux orcs, tués sur le coup ou profondément blessés se mirent à hurler de douleur et rage, cherchant des yeux la source de l'attaque tandis que ceux qui n'avaient pas été touchés se préparaient au combat. L'orc dont Hildigrim venait de couper le bras était à présent à terre, une flèche plantée près du coeur, et ne semblait plus bouger; cependant, le hobbit était également tombé avec rudesse sur le sol après avoir amputé son ennemi, et la chute l'avait partiellement sonné. Il se redressa sur ses coudes avec difficulté et se retrouva au milieu d'un combat d'une confusion sans nom.

Hildigrim n'en crut alors ni ses yeux, ni sa chance insolente. Les attaquants étaient des Elfes. Des elfes ! Quel était le pourcentage de chance qu'il rencontra de tels guerriers au milieu de nulle part et qui plus est au moment le plus critique de son voyage de retour vers la Comté ? Et pourtant le destin semblait lui sourire, tout comme son ami Thalion l'elfe prince de Mirkwood, descendant du valeureux Legolas, qui s'était approché de lui sur son grand cheval blanc. Le combat faisait rage tout autour d'eux, à coup de lances, d'épée et de traits de flèches meurtriers; les orcs étaient pourtant nombreux mais les aînés d'Ilúvatar semblaient infatigables et pleins de vie. S'avançant prestement vers Hildigrim, Thalion lui dit alors de cette voix si particulière des elfes, douce et profonde à la fois, « Je reconnais là bien mon ami Touque. ». Hildigrim eu un sourire amusé, n'en croyant toujours pas ses yeux, et lui répondit d'un ton égal « Et je crois bien reconnaître mon ami Thalion, à moins que mes yeux ne me jouent un tour. Vous tombez bien, Mellon* ! ». Le hobbit se releva avec difficulté en s'appuyant sur le pommeau de son épée ensanglantée, mais à l'instant où il allait saisir la main que Thalion lui tendait une patte griffue lui attrapa la jambe et il fut violemment traîné sur le sol par le grand orc qu'il croyait mort et qui gisait quelques secondes auparavant ses côtés. Surpris, Hildigrim poussa un cri rauque et se retourna au moment où l'orc amputé d'un bras se jetait sur lui toutes dents dehors.

Sans s'en rendre compte, il avait pourtant gardé la petite épée Elenath en main et la tenait fermement au dessus de lui dans une sorte de réflexe défensif; l'orc déjà bien amoché et aveuglé par la rage vint alors s'empaler dessus, stoppé net dans son élan de vengeance. Hildigrim avait fermé les yeux de peur de ce qui pourrait lui arriver, et il senti le poids de l'orc s'affaisser sur lui dans un bruit sourd. Il poussa un gémissement, et ouvrit alors les yeux pour se retrouver nez à nez avec la gueule puante d'un orc des montagnes. Il lança alors d'une voix tremblante: « Celui-ci était d'une résistance à toute épreuve... et d'un poids conséquent !». Le hobbit réussit tant bien que mal à se dégager de la créature, mais il resta étendu sur le sol le souffle court, regardant son ami Thalion penché au dessus de lui.

Avant qu'il n'ai pu prononcé un mot de plus, une nouvelle salve de flèches fut tirée par les archers de Thalion, et le peu d'orcs qu'il restait s'écroulèrent dans un dernier cri de douleur. L'odeur du sang embaumait l'air et le hobbit tenta à nouveau de se relever, visiblement ennuyé de s'être retrouvé dans une position aussi humiliante en face du Prince de Mirkwood; si Hildigrim avait bien horreur d'une chose, c'était d'être la demoiselle en détresse d'une aventure. Il retira d'un coup sec son épée de l'estomac de l'orc, et se redressa en adressant à Thalion un sourire embarrassé. « Je suppose que j'ai de la chance que vous soyez passé par là, maître Thalion. Sans vous je serais probablement dans l'estomac d'un orc. Je vous en remercie.»


* ami en Sindarin.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: inattendue surprise ; pv hildigrim touque   Mar 14 Fév - 13:24

Tout comme l'Elfe, le Hobbit afficha une mine ravie lorsqu'il aperçu son ami. « Et je crois bien reconnaître mon ami Thalion, à moins que mes yeux ne me jouent un tour. Vous tombez bien, Mellon ! » De belles paroles, prononcées sincèrement, et surtout, dans une situation plus que critique. Tombé au sol quelques instants plus tôt, Hildigrim s'aida du pommeau de sa petite épée pour se relever. Au moment où la main du Touque allait s'agripper à celle de l'Elfe, Hildigrim fut tiré avec violence en arrière. Surpris, l'Elfe vit un Orc au bras amputé, sûrement victime de l'épée du Hobbit, se jeter sur sa proie, les dents aiguisées prêtes à déchirer la chair du Hobbit. Réagissant rapidement, Thalion se pencha en avant, attrapant un fin couteau glissé dans la selle de Gaelegrin. Mais à l'aide d'un réflexe salvateur, Hildigrim opposa son épée, Elenath, à l'assaut de la néfaste créature. Stoppant net son bras, qui s’apprêtait à envoyer son couteau valser dans les airs, Thalion regarda l'adversaire du Hobbit s'embrocher sur la lame déjà ternie de sang. « Celui-ci était d'une résistance à toute épreuve... et d'un poids conséquent ! » Comme si embrocher un Orc était une chose tout à fait naturelle ! Là, Thalion reconnaissait bien Hildigrim, avec son caractère franc et toujours prompt à ce genre de remarques. Repoussant l'Orc sur le côté, le Hobbit se laissa allongé sur le sol, reprenant sa respiration après ces moments de fortes émotions.

« Thalion ! » Se retournant rapidement, le fils de l'illustre Legolas regarda Felfin, qui le bras levé, attendait les ordres de son supérieur. La moitié des cavaliers se tenaient prêts à lâcher leurs flèches. Sans paroles prononcer, le Prince de la Forêt Noire fixa son frère d'armes, et lui fit un simple signe de la tête. Instantanément, le bras de Felfin se baissa, et les traits partirent avec un vrombissement caractéristique. Les cris de douleur finirent par se tarir, tandis que les environs étaient désormais lestés de cadavres d'Orcs.

« Rassemblez ces immondes carcasses, et brûlez tout. » Le dégoût était perceptible dans la voix de Thalion, qui tentait de ne rien laisser transparaître de ses sentiments. C'était la première fois qu'il tuait un Orc, et il se sentait répugné par ce qu'il venait de voir. Il trouvait ces créatures si ... immondes, si puantes, si malfaisantes. Comment avait-on pu créer de telles choses ? Les mains encore un peu tremblantes, et pendant qu'Hildigrim se relevait tant bien que mal, Thalion essuya ses lames jumelles sur une touffe d'herbe non souillée par le sang noir des Orcs. Regardant autour de lui, il fut plus que soulagé de ne voir aucun de ses frères d'armes trop mal en point : quelques coupures par ci par là, mais rien de grave. D'ailleurs, ses soldats s'affairaient déjà à rassembler les défunts adversaire en un tas difforme, afin d'y bouter le feu. Si certains prenaient soin des blessés, d'autres Elfes rassemblaient les lances tombées pendant la charge, ainsi que les flèches encore utilisables, une fois nettoyées.

« Je suppose que j'ai de la chance que vous soyez passé par là, maître Thalion. Sans vous je serais probablement dans l'estomac d'un orc. Je vous en remercie. » Thalion savait parfaitement qu'Hildigrim jugeait la situation embarrassante : après tout, sans l'arrivée fortuite de la patrouille de la Forêt Noire, le Hobbit ne respirerait sans aucun doute pas à cette heure. Sautant agilement au sol, Thalion serra la poigne vigoureuse d'Hildigrim, tout sourire dehors : « Nous suivions ces créatures depuis deux jours, et sans eux nous ne nous serions sans doute jamais croisés. » L'Elfe préférait prendre ça du bon côté : un Hobbit ne laissait jamais beaucoup de traces, et sans les Orcs, sa patrouille ne serait pas passé par ces contrées.

« Venez, marchons jusqu'à la rivière. » Elle permettrait à tout le monde de se nettoyer et de se désaltérer. De plus, tous les autres Elfes se retrouveraient là-bas une fois leur funeste nettoyage terminé. Après s’être rapidement assuré qu'il n'y avait pas de pertes elfiques, Thalion se mit à marcher, un Touque d'un côté, sa monture de l'autre. « Alors mon ami, que faisiez-vous si loin de la Comté ? »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: inattendue surprise ; pv hildigrim touque   Jeu 16 Fév - 20:05

Une fois la bataille terminée et la troupe d'orcs réduite à néant par les flèches expertes des archers, un silence étrangement serein sembla alors s'écouler lentement des aînés d'Ilúvatar et prendre possession des alentours ainsi que du hobbit; l'odeur entêtante de la crasse des orcs qui embaumait l'atmosphère se dilua bientôt dans le souffle du fleuve qui se trouvait non loin et ils purent tous respirer à nouveau à leur aise. Hildigrim, qui tenait toujours son épée serrée dans sa main gauche, fixait son ami Thalion d'un regard qui trahissait sa gêne et son orgueil. Le sang noir de son ennemi avait souillé la magnifique lame d'Elenath ainsi que les mains du hobbit qui répugnait à sentir sous ses doigts la tiède humidité des entrailles d'un habitant du Mordor.

Quoi qu'il en soit, Thalion ne semblait par en vouloir au hobbit d'attacher plus d'orgueil qu'il n'en fallait à cet évènement; le pire avait été évité et tout le monde était en vie du côté de la patrouille elfique: c'était une mission accomplie avec succès. De plus, Hildigrim savait que malgré son apparente fragilité il s'était débarrassé de son agresseur sans l'aide de quiconque; pour lui comme pour les autres, c'était déjà pas si mal. Thalion le lui prouva en lui serrant amicalement la main. « Nous suivions ces créatures depuis deux jours, et sans eux nous ne nous serions sans doute jamais croisés. ».

Cette diplomatie typiquement elfique qui consistait à ne pas relever les éléments gênants d'une situation pour ne pas blesser son interlocuteur fit sourire Hildigrim, et il acquiesça de bon coeur. Lorsque les guerriers elfes passèrent à son côté pour emporter le cadavre de l'orc qu'il venait de tuer sur le tas de carcasses à brûler, son regard s'assombrit pourtant une nouvelle fois, fixé sur le visage aux traits brutaux de la créature. Une odeur répugnante de souffre vint remplacer celle du sang, et le hobbit reporta son attention sur Thalion en arborant une mine lugubre. « Quelle horreur de savoir que ces créatures descendirent il y a fort longtemps des elfes et des hommes. Leur existence même est une insulte aux forces créatrices de ce monde. ».

Hildigrim poussa alors un soupire las, et récupéra son sac tombé à terre avant de se rejoindre l'elfe qui l'invitait à le suivre jusqu'à la rivière. Côte à côte, ils marchaient d'un pas égal, le hobbit arrivant à peine à la taille de Thalion et boitant légèrement, vestige de sa chute des mains du grand orc noir. Ne sachant comment entamer la conversation après une telle "aventure", il laissa le soin son ami de parler le premier, ce qu'il fit quelques secondes plus tard: « Alors mon ami, que faisiez-vous si loin de la Comté ? ». Cette question était évidemment prévisible, et Hildigrim leva des yeux soudain sévère vers son ami Thalion; toute gaieté hobbite avait disparue de ses traits, et même ses joues roses semblaient être devenues légèrement plus pâles. De plus, ne voulant pas s'attarder à raconter une histoire aussi longue qu'ennuyeuse, il pesa ses mots précautionneusement avant de répondre d'une voix rauque: « Je reviens de Minas Tirith. J'y ai séjourné pendant deux mois dans le but de consulter de précieuses archives dans la bibliothèque du palais. Des archives sur la Guerre de l'Anneau. » Il se tu un instant, laissant ces derniers mots suspendus dans l'air qui les entouraient, avant d'ajouter: « Et au vu de la rencontre que nous venons de faire, j'aurais presque tendance à croire que le hasard n'existe définitivement pas. ». Hildigrim, parlant parfois par devinettes, à la manière des elfes eux-même, scrutait le visage de Thalion d'un air voulant presque dire « Ais-je tords ? » et il ne détourna les yeux que lorsqu'ils furent arrivés sur la rive de l'Anduin.

Lorsqu'ils furent enfin sur la rive du fleuve, Hildigrim posa son paquetage par terre et sorti un mouchoir blanc de sa manche droite. Il le trempa dans l'eau claire et vive de l'Anduin et entreprit de débarrasser la lame d'Elenath du sang d'un noir de geai qui la recouvrait. Se faisant il se laissa tomber sur une souche en poussant un soupir de soulagement, et invita Thalion à s'asseoir en face de lui pour qu'ils puissent poursuivre leur conversation à leur aise.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: inattendue surprise ; pv hildigrim touque   Sam 18 Fév - 15:47

Le regard que lança Hildigrim à l'Elfe en disait long sur les préoccupations du Hobbit : quelque chose lui obscurcirait les pensées, aucun doute là dessus. Soudainement inquiet, car il connaissait l'habituelle humeur de son ami, Thalion fronça les sourcils, et plongea son regard dans les yeux du Touque. Ce dernier semblait réfléchir à la meilleure manière d'annoncer une mauvaise nouvelle. « Je reviens de Minas Tirith. J'y ai séjourné pendant deux mois dans le but de consulter de précieuses archives dans la bibliothèque du palais. Des archives sur la Guerre de l'Anneau. » Huit semaines entières à consulter des archives ? Décidément, ce Hobbit en avait dans l'estomac ! Mais à sa mine grave, Thalion se doutait bien qu'Hildigrim n'y avait pas découvert que les récits des glorieuses victoires, ni des cuisantes défaites. Après tout, le Hobbit était un érudit, il en savait beaucoup plus que le commun des mortels sur cette sombre période. Qu'avait-il découvert de si inquiétant dans les archives poussiéreuses de Minas Tirith ?

« Et au vu de la rencontre que nous venons de faire, j'aurais presque tendance à croire que le hasard n'existe définitivement pas. » Le hasard ? Que venait-il faire ici ? Le Hobbit cherchait-il à faire comprendre à son ami de longue date que le fait qu'ils se retrouvent n'était pas uniquement dû au hasard et au groupe d'Orques, qui désormais était en train de brûler un peu plus loin, hors de leurs vues ? Avant que l'Elfe ne puisse répondre, ils arrivèrent sur les berges de l'Anduin. Le Grand Fleuve était calme, comme si les temps de paix allaient continuer à couler, comme si les cadavres en flammes n'étaient qu'un évènement fortuit, fruit du plus grand des hasards. Mais comme son compagnon, Thalion ne croyait pas, dans ce cas présent, au hasard. Trop de choses se mettaient en place. Trop de choses étranges remontaient à la surface. Trop de choses.

Posant son paquetage sur le sol, Hildigrim utilisa un mouchoir d'un blanc immaculé pour nettoyer sa lame, après l'avoir trempé dans l'eau vive du fleuve. Ses lames déjà nettoyées et en place dans son dos, le fils de Legolas se contenta de prendre place sur une vieille racine qui dépassait du sol, tandis qu'Hildidrim, soupirant d'aise, s'assied sur une souche laissée là par un quelconque personnage.

« Le hasard fait parfois bien les choses. » Ou une autre manière de dire qu'il ne croyait pas au hasard dans ce cas-ci. Laissant sa monture au soin d'un de ses cavaliers, Thalion fut content de voir que ses hommes respectaient une certaine distance, conscients que leur prince avait besoin de parler seul à seul avec le Hobbit. Pour "passer le temps", les guerriers Elfes s'occupaient des blessés, nettoyaient leurs armes et armures, et prenaient soin de leurs montures. Sachant Gaelegrin, son plus proche compagnon, entre de bonnes mains, Thalion se reconcentra sur Hildigrim : « Et vos recherches vous ont-elles apprit quelque chose que vous ignoriez jusqu'à présent ? » En effet, Thalion savait son ami parfaitement au courant de la plupart des hauts faits de la Guerre de l'Anneau, et même de certains épisodes un peu moins éclatants. Dès lors, la curiosité de l'héritier de Thranduil fut aiguisée, et tout le monde savait qu'il n'était pas particulièrement patient. « Car comme vous le savez, le Mordor n'est plus aussi ... silencieux, qu'il ne devrait l'être. » En effet, dans sa régulière correspondance avec le Hobbit, Thalion l'avait informé de l'activité qui régnait désormais en Mordor, chose de la plus haute importance, et qui inquiétait tant le descendant de Peregrïn Touque que celui de Legolas de la Forêt Noire.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: inattendue surprise ; pv hildigrim touque   

Revenir en haut Aller en bas
 

inattendue surprise ; pv hildigrim touque

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Surprise en flagrant délit... [Natasha & Luna]
» Retour-surprise: Baby Doc a-t-il été manipulé?
» Il l'a surprise nue...
» Retrouvaille inattendue [pv Zarathos]
» Baptême surprise de Petite Plume.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
. :: 
neverland
 :: Archives :: Première saison
-