.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Source of knowledge, for you, for me. - feat. Eliann.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
Invité


MessageSujet: Source of knowledge, for you, for me. - feat. Eliann.   Ven 2 Mar - 23:45

Il y avait peu d'arbres à Rhûn, voire pas du tout. Le paysage sur les terres de l'Est était désertique, la poussière régnait en maître, la terre était stérile et de couleur rouge pourpre. La végétation était rare mais elle était indispensable pour vivre ce qui faisait qu'elle était rapidement exploitée accentuant sa présence rarissime. Meliad était dépaysé par toute cette verdure autour de lui, il était un peu comme un gosse dont les yeux brillaient face à un nouvel objet d'amusement totalement innovant. Il avait beau être né à Rhûn et avoir passé son enfance à être bercer par l'art de la guerre il ne restait qu'un humain, une race faible pour les autres peuples de la Terre du Milieu, proies de leurs propres sentiments ces créatures n'étaient pas toutes aussi froides qu'un rocher perdu au milieu des vagues glaciales. Le soleil était maintenant haut dans le ciel et englobait le monde de ses rayons chaleureux rependant une joie rare dans l'esprit du jeune oriental. La lumière émise par la sphère fondamentale se répercutait sur chaque particule de la nature. Les feuilles des arbres perdaient leur couleur verte terne et peu souriante pour un éclat émeraude sublime jalousant les parties des arbres restées aux ténèbres. Les brins d'herbes abattus par la froideur du sol se voyaient revigorés par l'astre ardent, les créatures de la nature silencieuses d'abord sous l'ombre du monde faisaient naître un brouahaha assourdissant mais sécurisant. Une brise légère venait ajouter sa petite touche harmonieuse à tout ce concerto comme si la nature réagissait de tout son être lorsque le soleil pointait le bout de son nez.

Meliad se surprit à rire devant le spectacle que lui offrait ce lieu magique. Un reflet brillant lui fit détourner la tête, il trouva pour source de cette gêne une goutte d'eau de la rosée perdue sur une feuille qui découvrait peu à peu la chaleur d'un soleil radieux. L'homme voyageait depuis quelques jours déjà, l'aventure l'avait tenté comme elle tentait les imprudents ou justement les déterminés. Il n'aurait su dire s'il faisait partie de l'une ou l'autre de ces deux catégories. Il se savait juste prêt à entamer un voyage qui ne rendrait pas sa vie guerrière monotone. Des ombres filaient dans le ciel, il s'agissait d'oiseaux, heureux comme le reste de voir le beau temps arrivé. Se laissant tomber sur sa couche improvisée la veille le jeune homme gardait la tête levée, les lèvres quelque peu entrouvertes, un sourire béat éclairant son visage usé par la fatigue et l’épuisement. Combien de temps resta-t-il ainsi ? Ridicule aux yeux des autres... Mais il était seul en ce lieu. Peut-être des jours entiers, il n'avait plus conscience du temps qui passé car il était totalement plongé dans un idéal nouveau et différent de tout ce qu'il avait connu. Les heures semblaient défilées comme l'eau coule dans un ruisseau. Pourtant il ne resta assis que quelques minutes.

Un bruit, un son, un chant le tira de sa rêverie. Une musique ? Une mélodie ? Il n'aurait su le dire mais les belles paroles se rependaient dans toute la forêt et venaient s'ajouter au tout déjà magnifique. Où était-il déjà ? Il voulut sortir sa carte, elle n'était plus là, ou alors elle ne s'était jamais trouvée dans son sac. La chanson continuait et l'humain appréciait de plus en plus cette voix envoûtante. Se relevant d'un bond, brusquement et avec hâte il rangea ses affaires en moins d'une minute pour se retrouver prêt à partir. L'excitation montait en lui comme le magma monte dans une soufrière se préparant à exploser. La source du beau son était près mais pourtant si éloignée. Une certaine frustration vint s'ajouter à la sensation de bien-être du jeune homme. Les sourcils froncés il s'enfonça dans les profondeurs d'une forêt qui semblait vouloir l'engloutir en l'enchantant. Tenant avec fermeté son sac de voyage d'une main il avait la seconde main posée sur la garde de son épée. Au travers les buissons et les feuillages il continuait à marcher. Peu à peu, la gaieté du lieu dans lequel il s'était éveillé se dissipa pour laisser place aux ombres. Les oiseaux s'étaient tus et les feuilles n'avaient plus aucun éclat. Mais Meliad ne s'en rendait pas compte, il continuait vers la source de cette voix mélodieuse. Il déboucha sur une clairière, il y avait quelqu'un en son centre, malgré l'obscurité il arrivait à distinguer une forme. Ses yeux s'habituèrent aux ténèbres, et il put voir des cheveux longs ondulant sur des formes féminines. C'était bien une femme qu'il avait devant lui et il remarqua aussi les longues oreilles pointues à leur bout. Une elfe. " -Attends ! " Comme s'il avait anticipé le geste de fuite de l'elfe " -Je ne te veux pas de mal ! Reste.. " Il avait dit ce mot dans un léger souffle, il était juste curieux...
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Source of knowledge, for you, for me. - feat. Eliann.   Dim 18 Mar - 19:30





Eliann & Meliad

Source of knowledge, for you, for me

Le soleil perçait encore à travers les arbres. La journée avait été magnifique, une fois de plus et avec la nuit qui arrivait, le silence s’installait petit à petit. Éliann s’appuyait à la rambarde de sa maison dans la forêt de Lothlorien, sa maison dans les arbres. Ici toutes les maisons étaient au dessus du sol, une tradition elfique, s’élever pour rejoindre l’habit protecteur, l’arbre. En silence, la jeune elfe regardait son village. Il était… Bien vide. Elle ne pouvait s’empêcher de repenser à l’époque où elle était enfant, où le village était toujours animé, de manière discrète, tout en respectant la nature, évidement. Les elfes ne sont pas connus pour être une race bruyante. Mais là, la comparaison était sans précédent. Il ne restait plus qu’une poignée de son peuple, tous les autres étaient partis pour Valinor. En regardant la forêt vide, sans vie, Éliann ne se demandait parfois si elle avait fait le bon choix, si elle avait eu raison de ne pas suivre Lòmion et de rester en Terre du Milieu. De toute façon, le problème ne pouvait plus se poser désormais. Il n’y avait plus aucun bateau pour quitter cette terre, qu’elle le veuille ou non, Éliann était condamnée à rester ici, à assumer son choix ou à la regretter jusqu’à la fin de sa vie. Enfin, le problème d’être immortelle, c’est que la vie prend vite des proportions très longues. Et la définition même d’un immortel c’est qu’il ne peut mourir, sinon ça n’aurait aucun sens. Ah ce qu’ Éliann pouvait envier les humains, et toutes les créatures mortelles de cette terre. Eux, au moins, pouvaient profiter de l’instant présent car ils savent que toute à une fin, qu’ils ont une fin. Quand on sait qu’on verra tous les âges de cette terre, seul de surcroit, la vie commence à prendre un gout amer, désagréable.

Mais se lamenter sur son sort n’arrangerait rien, Éliann en était toute à fait consciente. C’est pourquoi qu’au lieu de rester sur son balcon à philosopher, l’elfe décida à nouveau d’aller se balader dans la forêt. En rentrant dans la pièce, l’elfe hésita alors à troquer sa robe blanche et légère pour une tenue plus masculine. De cette manière elle aurait alors pu prendre son cheval et aller un peu plus loin dans la forêt. Jusqu’aux plaines peut-être ? Il n’y a des siècles de cela, Éliann s’y rendait pour attendre le retour de son frère et de Lòmion avant de repartir pour la forêt. Un jour peut être elle aura le courage de s’y rendre, d’aller galoper dans ses plaines qui ressemblaient à des océans de verdures mais pas aujourd’hui. A cette idée de partir, elle avait l’impression de trahir son peuple, sa forêt. C’est pourquoi l’elfe décida de finalement de garder sa robe et de rester dans l’enceinte protectrice de la Lothlorien. Éliann s’éloigna donc progressivement du village pour s’enfoncer dans les profondeurs de la forêt. Titubant d’arbre en arbre, l’elfe profitait de la fraîcheur du vent, de la caresse des rayons du la lune sur sa peau. Pieds nus, elle put alors sentir la douceur de l’herbe encore humide de la rosée du matin ainsi que la mousse moelleuse sous ses pieds. Chaque balade, à chaque saison de l’année était un mélange de sensations, un amas de parfum, de couleur et de fraîcheur. Seul l’hiver était une saison qu’Éliann n’appréciait guère. La nature se mourrait, les arbres nus, sans feuillage, avaient un air sinistre, morne, lugubre. Peu enjoué en somme. Et cette vision glaçait toujours autant le cœur de l’elfe. Heureusement que cette saison était passée et que les arbres avaient de nouveau leurs feuilles.

A mesure qu’Éliann s’enfonçait dans la forêt, elle finit alors par atterrir à un endroit de la Lothlorien qu’elle appréciait beaucoup. Une petite clairière perdue au milieu des arbres. La lune et le ciel étaient beaucoup plus visibles de cette clairière, elle semblait comme éclairée par les rayons pâles de la lune. Éliann regarda alors les étoiles, ces soleils éloignés de la nuit. Puis elle porta son regard autour d’elle. La clairière. Elle se remémora alors chaque fois qu’elle y avait été, seule ou avec Lòmion. De nombreux souvenirs heureux à l’époque et qui désormais s’étaient transformés en douleur, vive et intense. Malgré la lumière des rayons lunaires, Éliann avait pourtant l’impression d’être plongée dans les ténèbres et malgré la tristesse qui envahissait son cœur, elle ne put s’empêcher de fredonner une vieille chanson elfique qu’elle n’avait pas chantée depuis des années. Mais allez savoir pourquoi, cette mélodie revenait à la tête de l’elfe. Au début, ce n’était qu’un fredonnement à peine distinctif pour que finalement Éliann se mette alors à le chanter plus franchement. Bien qu’elle ne pensait pas avoir une voix des plus agréables à écouter, elle ne put s’empêcher de chanter et de laisser les mots en elfique s’enchaîner les un après les autres. Alors qu’elle pensait être entièrement seule dans la Lothlorien, elle n’avait jamais croisé personne durant ses nombreuses balades, mais cette fois ci Éliann se surprit à ne pas être seule. L’elfe avait l’esprit complètement pris par cette chanson qu’elle chantait tellement autrefois qu’elle sursauta quand elle entendu alors une voix. Une voix masculine. Éliann regarda alors d’où provenait la voix et vit alors son propriétaire. C’était un homme, un humain pour être plus précis. Un humain dans la Lothlorien ! Que faisait-il ici ? Il n’aurait jamais dû être là ! Éliann commença alors à s’élancer pour aller se cacher dans la forêt. Elle y connaissait les moindres recoins, elle pourrait facilement semer l’humain. Ce dernier lui avait assuré qu’il ne lui ferait rien mais comment lui faire confiance ? Malgré que la peur et l’hésitation envahissaient le cœur de l’elfe, elle ne put se résoudre à s’enfuir. C’était un étranger, un danger potentiel, mais pourtant elle était curieuse, c’était la première fois qu’elle voyait un humain de sa vie. Elle avait passé toute sa vie entre les arbres, c’était le premier humain qui venait dans la forêt depuis la dernière guerre. La tête lui disait de s’enfuir mais ses jambes se refusaient de courir. Elle resta là, sur ses gardes toutefois, à observer l’homme. Il avait un sac avec lui, un voyageur ? Un voyageur imprudent dans ce cas, il fallait être courageux, ou stupide, pour s’enfoncer dans une forêt inconnue. Mais l’obscurité empêchait Éliann de bien voir l’homme, même avec ses yeux d’elfe. La lune s’était cachée derrière de sombres nuages, comme pour se cacher, elle aussi, de la venue de cet homme. Après ce silence qui pouvait sembler pesant, Éliann finit alors par parler, d’un ton calme et posé, cette fois ci, dans la langue commune, celle des hommes. Elle avait une question à poser à cet homme, non pas pour l’offenser mais pour connaitre ses intentions, un homme en Lothlorien, cela était bien trop étrange.


    « Vous ne devriez pas être ici… Pourquoi êtes-vous là ? »
code by stitch
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Source of knowledge, for you, for me. - feat. Eliann.   Mar 10 Avr - 20:56

« Vous ne devriez pas être ici… Pourquoi êtes-vous là ? »

Ces mots étaient chantés, cette phrase d’une pureté à toute épreuve. Une vibration traversa l’air. Etrange, passionnée, aimante. La nature en reconnaissait l’origine, les oiseaux se mirent à jouer leur air préféré, les petites créatures de la forêt apeurées par le nouveau visiteur se montraient de nouveau. Les arbres frémirent et se tortillèrent, le soleil lui-même perça les nombreux feuillages pour arriver jusqu’à la jeune elfe qui se trouvait là. La force apaisante devint lourde lorsqu’elle rencontra cet étranger, elle semblait presque étriquée et concentrée en un seul point. Meliad fronça les sourcils tandis qu’un sentiment de chaleur intense s’installait sur sa poitrine. Ce n’était pas une douleur réelle, du moins pas physique mais son esprit ressentait la souffrance comme un pieu enfoncé profondément dans son corps. Etait-ce de la magie ? Ou de la sorcellerie ? Il n’en avait aucune idée toutefois il était assuré d’être troublé en présence de cet être. Toute forme de dureté, de férocité et de soupçon s’évaporait lentement de lui, il sentait les longues années passées au Mordor et à Rhûn être loin derrière lui, comme si tout cela n’avait jamais existé. La force qui s’emparait de lui prenait un malin plaisir à le soudoyer petit à petit pour qu’il ne soit plus qu’un homme sans défense. Il n’était pas dupe, on leur avait parlé de ce genre d’effets démoniaques.. longtemps auparavant déjà. Il s’apprêta à sortir son épée et empêcher l’elfe de ne l’attirer encore plus dans son piège lorsqu’il comprit. Ce n’était pas cette sublime créature qui l’emprisonnait peu à peu dans sa propre personne mais le bois lui-même. La forêt semblait vivante. Tout n’était qu’harmonie, des chainons attachés les uns aux autres et l’elfe devant lui en faisant partie. L’humain resta quelques secondes sans bouger, clignant seulement des yeux, croyant difficilement à sa propre théorie, les lèvres légèrement entrouvertes.

Toute séduction s’arrêta alors, la force chaleureuse disparut aussi rapidement qu’elle était apparue et il reprit alors pleinement son contrôle de soi. Toutefois, il nota que toute forme d’agressivité ne l’atteignait toujours pas, il se sentait plus léger à marcher sur cette mousse verte, sur ces racines, sous ces branches. Son regard brilla de mille feux lors d’une fraction de seconde avant de reprendre sa couleur sombre. Ses yeux se posèrent alors sur la jeune femme assisse. Il ne devait pas être ici ? Dans cette forêt ? Pourquoi ? Après tout il s’était quand même rendu compte de l’effet dont il pouvait être la victime en restant sous ces épais feuillages d’où l’astre de vie n’atteignait déjà plus.

« Je me suis perdu entre les arbres. Je ne suis qu’un voyageur égaré, votre chant m’a attiré jusqu’à vous. Ne fuyez pas, je ne vous veux aucun mal. Voyez plutôt par vous-même. »

Il n’avait pas besoin de raconter ses origines de Rhûn, les elfes étaient les ennemis de sa patrie. Mais il n’était en aucun cas un fanatique et la curiosité l’emportait sur son devoir. Ayant développé plus qu’une cinglante envie de tuer lors des nombreuses journées à batailler dans la boue d’un camp il espérait plus que tout que l’elfe ne prenne pas peur. Il détacha carrément la ceinture où était accroché le fourreau de son épée et l’envoya en l’air le tout se fracassant quelques mètres plus loin. Il enleva de même ses bottes qui cachaient une petite lame en cas de nécessité. Ne voulant pas la choquer plus qu’il ne l’avait déjà fait par sa présence et son arrivée il n’enleva pas son gilet où une lame de Rhûn était habilement dissimulée. Ses pieds rentrèrent alors en contact avec le sol.. frais, doux. Un frisson parcourut son corps de bas en haut, un léger sourire le même qu’il avait eu sous le soleil quelques dizaines de minutes auparavant dérida son visage si sérieux. Son regard n’exprimait plus qu’un seul sentiment, la curiosité et il était fixé sur la jeune femme. Il répéta dans un souffle.

« Je ne suis pas là pour vous nuire. Mon nom est Meliad Faliz. »

Ce n’était pas une approche originale mais il ne voulait pas l’effrayer. Si elle connaissait le monde alors le nom de Faliz lui évoquerait directement les pays de l’est et elle prendrait peut être la fuite. Il espérait que ce ne soit pas le cas. Il inspira un grand bol d’air et fit un pas en avant. Il s’arrêta, à seulement quelques mètres du centre de la clairière. De là, il s’assit en tailleur et ne bougea plus. Il était comme un enfant qui venait de découvrir un nouveau compagnon de jeu.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Source of knowledge, for you, for me. - feat. Eliann.   Ven 20 Avr - 15:12





Eliann & Meliad

Source of knowledge, for you, for me

Tout cela était bien étrange... La confrontation de deux mondes opposés avait toujours quelque chose d'inhabituel, comme un malaise palpable. Les stéréotypes, les rumeurs et les idées reçues étaient bien encrés dans l'esprit de chacun. Et dans l'esprit d'Éliann, un homme qui se balade dans la forêt, surtout dans la sienne, ce n'était pas un bon présage. La Lothlorien était une forêt dense, bien qu’elle puisse paraître de petite taille, il ne valait mieux pas la sous estimer. Le peu d'elfes qui y habitaient encore ne se montreraient pas si hospitaliers à l'approche de leur village. Toutefois cette fois ci, c'était Éliann qui s'était montrée très imprudente. Elle n'aurait jamais cru qu'un étranger se trouvait dans l'enceinte de la forêt, elle n'en avait jamais vu et n'avait jamais imaginé en croiser un jour. Et face au fait accompli, elle ne pouvait plus reculer. L'idée de s'enfuir traversa très rapidement l'esprit de l'elfe. Elle avait été certaine de ne rencontrer personne durant sa promenade, elle n'avait pas eu besoin de prendre quoique ce soit pour se défendre, ni même son cheval pour s'échapper plus vite. Comme aurait elle pu imaginer que l'impossible pourrait se produire... La distance était encore suffisante entre Éliann et l'homme pour qu'elle puisse quitter la clairière et se faufiller entre les arbres. Dans la forêt, elle pourrait toujours le semer. Mais si elle n'y arrivait pas... Elle amènerait cet étranger au village... Éliann ne voulait même pas imaginer ce qu'il se passerait si telle chose arrivait... Elle savait déjà qu'elle s'en voudrait pour le reste de l'éternité si elle laissa cela se produire... Non, elle ne devait pas fuir, elle devait faire face à ce homme et assumait son imprudence. La question qu'elle avait lancé à l'inconnu avait été prononcée non seulement pour savoir ce qu'il voulait, ce qu'il faisait dans la forêt mais aussi d'une certaine manière de se rassurer elle même. L'elfe jaugeait du regard l'étranger. Il avait l'air aussi perdu qu'elle, un homme qui avait pour but de massacrer des elfes n'aurait pas ce regard là, Éliann en était certaine. Et puis un homme seul contre une forêt qu'il ne connaissait pas, pour tuer des elfes dont il ignorait l'emplacement du village, du moins elle l'espérait. Cet homme ne pouvait qu'être fou ou imprudent ou peut être un peu des deux. Quoiqu'il en soit, l'étranger ne dégageait pas cette sensation là, dans ses yeux Éliann pensait pouvoir lire le même étonnement qu'il devait y avoir dans les siens.

Toute la concentration de l'elfe s'était focalisée sur cet homme depuis son arrivée, c'était comme si rien autour d'elle n'existait encore. Le silence pesait sur la forêt depuis cette intrusion, comme si elle attendait son départ pour vivre à nouveau. Mais après quelques minutes sans un seul bruit, le bois commença à revivre doucement, les animaux faisaient à nouveau leur apparition. Peut être s'étaient ils habitués à la présence de l'homme. Ou alors étaient ils spectateurs des évènements qui allaient suivre. Quoiqu'il en soit, Éliann avait comme l'impression que la forêt se faisait à cette présence, qu'elle surveillait tout de même ce qu'il pouvait se passer entre ses arbres et qu'elle ne laisserait pas un de ses enfants être en mauvaise posture face à un étranger. Cela peut paraitre bien étrange de voir un simple amas de bois et de feuillage être personnifié de cette façon. Mais pour les elfes, la forêt n'est pas qu'un simple lieu d'habitat. Chaque chose a une âme et quelque soit sa grandeur, son étendue ou sa densité. C'était quelque chose d'imperseptible, d'imatériel, sensoriel. Et sentir à nouveau la forêt, de voir qu'elle avait retrouver complètement son entité, Éliann se sentait comme rassurée. L'elfe ne pouvait dire si l'homme en face d'elle ressentait la même chose qu'elle, s'il avait conscience de ce qu'il se passait autour de lui mais il ne semblait pas réellement rassurée de se retrouver dans un univers vivant, en perpétuelle évolution. Sachant désormais qu'elle ne s'enfuiait sûrement pas, Éliann s'assit sur le rocher, attendant toujours la réponse à sa question. Et quand elle arriva enfin, l'elfe la prenait avec des pincettes. Après tout ce n'était que des mots et les hommes n'étaient pas une des races qu'il valait mieux croire sur parole, à l'instar des nains. Restant méfiante, la jeune femme n'avait pas l'intention de remettre en doute la parole de l'étranger. Il fallait juste qu'elle soit prudente. Pour illustrer ses paroles, l'homme retira son épée, qu'il jeta au loin, ainsi que ses bottes. Désarmé, l'étranger serait déjà un danger moindre. Quoique, Éliann savait que les dangers les plus grands ne sont pas toujours ceux qui sont les plus visibles. L'elfe n'avait pas prononcé le moindre mot depuis plusieurs minutes, ce fut l'homme qui parla alors de nouveau. Pour se présenter. Meliad, apparemment, semblait vouloir créer comme un climat de confiance, ou du moins, de diminuer les tensions entre eux. Par courtoisie, l'elfe se présenta à son tour.


    « Je suis Éliann Yaëll Brezh-Uhël. »


C'était bien par simple curtoisie qu' Éliann s'était présentée. Il n'y a pas dire mais qu'est ce que les humains peuvent être bavards parfois. Mais pour savoir le pourquoi du comment de la présence de l'homme mieux valait être ouvert à la discution. Cela semblait bien plus logique. C'est pourquoi ce fut au tour d'Éliann de parler. Savoir qu'il s'était perdu dans le bois n'expliquait pas pourquoi il se trouvait en Lolthlorien. Il n'était pas entré par hasard. Éliann reprit alors la parole, d'une voix douce, sans la moindre ironie ou méchantée.

    « Vous n'auriez tout de même pas du entrer ici. Vous n'êtes pas le bienvenu en ces lieux. Vous devriez repartir avant que ce ne soit la forêt qui vous chasse... »
code by stitch
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Source of knowledge, for you, for me. - feat. Eliann.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Source of knowledge, for you, for me. - feat. Eliann.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le pois congo : source de protéines et de devises
» [Code Source] Code Source
» L’après Gousse se négocie déjà (source : journal Le matin)
» une source "valable" ?
» Petite patrouille avec mes mentors[Pv Source aux Petits Poisson et Lac de Givre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
. :: 
neverland
 :: Archives :: Première saison
-