.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Oona ♣ The greatest adventure is yet to come

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
Invité


MessageSujet: Oona ♣ The greatest adventure is yet to come   Lun 16 Jan - 21:05

Oona Linoë Newell
Everything is a choice, everythin we do

WHO ARE YOU ?


☞ Identité : Oona Linoë Newell
☞ Âge : 21ans
☞ Race : humaine
☞ Pays : Rohan
☞ Rang : rodeuse
☞ Avis sur l'anneau : contre Sauron




My Mind

Oona, Oona, Oona… Que dire sur elle ? Ceux qui ont connu la jeune femme quelques années auparavant vous diront soit que c’est une jeune femme pourrie gâtée sans le moindre respect pour quiconque, soit alors qu’elle est une jeune femme fière, et bien trop sûre d’elle, mais qu’elle est quelque un de bien. Et il faut avouer qu’il y a du vraie dans toutes des descriptions. Mais depuis, Oona changé.
Si vous l’avez rencontré que récemment, vous avez sans doute rencontré une jeune femme qui sait se faire discrète, non pas par choix, mais plutôt par obligation. Elle préfère ne pas attirer de l’attention sur elle, afin de ne pas être retrouvée. Si vous l’avez uniquement croisé, vous avez certainement vu une jeune femme comme toutes les autres, une de celles dont on oublie rapidement le prénom. Et pourtant, Oona est tout sauf une jeune femme ordinaire, mais pour cela, il faut apprendre à la connaître, ce qui n’est pas vraiment facile. Méfiante, elle a tendance à repousser les gens. Mais une fois que vous aurez réussi à gagner sa confiance, vous pouvez alors vous apercevoir que sous son apparence fragile se cache une jeune femme éprise de liberté, et qui est prête à tout afin de la conserver. Ce n’est pas le genre de femme à accepter facilement des ordres, bien au contraire. Elle agit comme bon lui semble, et il vous sera difficile de la faire changer d‘avis, puisqu’elle peut se révéler être une vraie tête de mule. Mais c’est aussi une femme passionnée, qui ne fait pas les choses à moitié. Mais comme tout le monde, elle a aussi ses défauts. Fière, la jeune femme a tendance à surestimer ses capacités, à ne pas vouloir accepter le fait qu’elle aussi a besoin d’aide par moment. Au fond, Oona beau paraître une femme forte, mais elle ne l’est pas réellement, ce n’est qu’un masque pour éviter de se faire blesser à nouveau. La jeune femme a tendance à être rêveuse, bien qu’elle l’est beaucoup moins qu’à une certaine époque, mais la vie lui a joué bien des tours qui ont fini par la ramener pieds à terre.










BEHIND THE MIROR ...

Bon, ça risque d'être court, parce que je n'aime vraiment pas cette partie Razz. Je m'appelle Julia, mais j'ai tendance à me cacher derrière le pseudo Indi. Non non, je ne suis pas fan d'Indiana Jones, c'est juste le surnom de mon poney, et de lui, oui je suis fan Razz. Sinon, j'ai 23 ans, et ça fait 2ans que je me suis mis aux rpg, enfin pendant 1 an c'était surtout de la fanfiction que j'écrivais avec une amie. J'ai connu le forum par bazzart, et vous risquez de devoir me supporter chaque jour, excepté en cas d'imprévus. J'ai choisi la jolie Lucy Griffiths, parce que j'aime beaucoup cette actrice et qu'elle est parfaite pour un tel univers.

Last but not least, le code: Ça ne compte quand même que pour un !

Post Vacant Scénario Personnage Inventé

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Oona ♣ The greatest adventure is yet to come   Lun 16 Jan - 21:05

Oona Linoë Newell
This story is about Truth, Beauty, Freedom; but above all things, this story is about LOVE!


My Life

Jorah, un homme ayant atteint la trentaine depuis plusieurs années désormais, faisait les cents pas, visiblement inquiet. On pouvait entendre les cris de sa femme provenant de la pièce voisine. Cela faisait maintenant plusieurs heures qu’elle était en couche, et pourtant, l’enfant ne semblait pas bien décidé à pointer son bout de nez. S’il était aussi inquiet, c’était surtout parce que plusieurs années auparavant, sa bien aimée avait failli mourir d’une fausse couche. Depuis, elle n’était pas retombé enceinte, excepté cet enfant bien entendu… Et que l’accouchement ne dure aussi longtemps ne pouvait rien signifier de bon à ses yeux. Les sages femmes qui assistaient sa femme l’avaient chassé de son chevet, si bien qu’il faisait les cents pas dans la pièce voisine, anxieux. Au bout d’un temps qui lui avait semblé interminable, il entendit enfin les pleurs d’un enfant.
« Vous avez un fils » une des femmes arriva pour lui poser le bébé, enveloppé dans une couverture, sur les bras. Et pour autant, l’accouchement n’était pas pour autant terminé, puisque peu après naquit une petite fille, Oona.
Rapidement, on put s’apercevoir que les jumeaux étaient aussi différents que la jour et la nuit. Oona était beaucoup plus énergique, plus vivante, et quand à son frère, il semblait être bien plus calme. Son père avait aimé dire qu’Oona martyrisait sa nourrice quand elle était enfant. Bien sur, il disait cela en plaisantant, mais il avait raison sur une chose : dès toute petite, Oona su avoir ce qu’elle désirait.

A l'âge de 7ans :
« Où est l’enfance est l’âge d’or » (Novalis)

Jorah inspectait les écuries de son petit élevage quand il entendit un bruit bizarre devant d’une des granges. En allant vérifier de quoi il s’agissait, il y trouva Elwyn, un des garçons d’écuries qui travaillait pour lui, ficelé et bâillonné . Qu’est-ce que cela pouvait bien signifier ? Après s’être assuré qu’il n’y avait personne d’autres dans les environs, il coupa la ficelle qui entourait d’une manière presque professionnelle les pieds et les mains de l’adolescent, une corde reliait les pieds et les mains derrière le dos du garçon, si bien qu’il ne pouvait plus bouger. Jorah lui aida à se libérer, avant de croiser ses bras sur son torse. L’adolescent n’avait pas une seule égratignure, si bien qu’il devait plutôt s’agir d’une sorte de jeu…
« Je peux savoir ce que ça signifie ? »
« Sauf voir respect Monsieur, mais votre fille… c’est une vraie peste »
L’homme haussait les épaules. Il avait un petit faible pour sa fille, c’était son petit rayon de soleil, si bien qu’il avait tendance à bien trop la laisser faire à sa tête. Après tout, elle n’était qu’un enfant et avait bien le droit de s’amuser. Apprendre à se comporter comme une femme digne de ce nom, à coudre et toutes ces choses là, elle allait toujours pouvoir le faire plus tard. En aucun cas, il ne voulait briser le caractère bien prononcé de la petite fille, ni son envie de vivre qui faisait chaud au cœur à chacun qui la voyait.
« Tu ne vas tout de même pas me dire qu’un garçon de 15ans s’est fait battre pas une fille de 7 ans, et qu’en plus, il attend ma compassion ? »
« C’est ma faute… Vous savez, elle nous bat toujours à la course, alors l’autre jour, je l’ai mise dans l’abreuvoir des chevaux… Je ne pouvais pas savoir que la robe qu’elle portait était neuve, et qu’elle s’est faite punir par sa mère pour l’avoir salie. »
Le garçon hésita visiblement avant d’attaquer la partie la plus honteuse de son récit.
« J’étais entrain de donner le foin au chevaux, quand elle m’a planté son épée de bois dans le dos en disant ‘je t’ai eu sale orc puant. Mains en l’air’. J’ai pensé que ce n’était qu’un jeu, alors je l’ai laissé me ficeler. Mais elle est partie en rigolant… Vous savez, un rire vraiment machiavélique, et elle m’a laissé ici. Ça doit faire au moins 2 ou 3 heures »
L’adolescent se frotta les membres engourdis, visiblement gêné. Quand à Jorah, il ne put se retenir de rire plus longtemps, ce qui fit rougir le petit garçon encore d’avantage. C’était sa fille tout crachée pour faire un coup pareil. Très bonne cavalière, elle n’avait aucun mal à rivaliser avec les palefreniers qu’il avait engagé, ce qui évidemment mettait plus d’un en rage. Après tout, aucun homme aimait se faire battre par une femme, et encore moins par une femme miniature. Quand à sa femme, elle n’arrêtait pas à lui rabâcher qu’il devait imposer des limites à sa fille, qu’elle était intenable, et qu’elle allait devenir une vraie sauvageonne. Et à chaque fois, sa réponse était la même : laisse la s’amuser, ce n’est qu’un enfant, elle deviendra adulte bien assez tôt.
Elwyn finit par regarder son maître d’un air suppliant.
« S’il vous plait, me punissez pas »
« Je crois que tu as déjà été assez puni. Je suppose que je n’ai pas besoin de te dire de ne plus contrarier ma fille ? »
« Oh non, ça ne risque pas Monsieur »
« Alors file te finir ton travail et te reposer »
L’adolescent parti au pas de course, comme s’il craignait que son maître allait changer d’avis s’il restait plus longtemps dans son champs de vision.

Jorah passa voir les poulains afin de s’assurer que tout était en ordre, avant de retourner en direction de la maison. De loin, il entendit le fracas d’armes, ou plutôt, deux épées en bois qui s’entrechoquaient. Il s’arrêta à quelque distance pour observer discrètement ses enfants lors de leur cours de maniement des armes. A l’origine, il n’avait pas été prévu qu’Oona y participe, mais elle l’avait supplié jusqu’à ce qu’il finisse par céder. Comme bien trop souvent, il avait été incapable de dire non à sa fille. D’ailleurs, la petite fille venait de remarquer la présence de son père. Elle jeta son arme, pour partir en courant à sa rencontre.
« Mademoiselle Oona! Revenez ici tout de suite, le cour n’est pas terminé ! »
Le maître d’arme qu’il avait engagé pour Gwenael n’avait pas vraiment été heureux de devoir entraîner une petite fille, mais il avait accepté à le faire en grinçant des dents. Depuis, il ne ratait pas une seule occasion pour se plaindre de sa petite élève.
« J’ai décidé que si, Braurin. »
La petite fille ne semblait pas pour le moins impressionnée par cet homme bien plus grand qu’elle, au contraire même. … se mordit les lèvres pour ne pas rigoler. Même si Oona ne s’en rendait pas compte, elle lui ressemblait beaucoup, comme elle, il avait toujours eu du mal à supporter qu’on lui dise quoi faire. Pourtant, il devait montrer l’exemple devant elle.
« Oona… »
La jeune fille le regarda, et il croyait déjà qu’elle allait refuser, mais elle finit par se retourner vers son maître d’armes.
« J’ai décidé que si, .. Monsieur. Vous êtes content père ? »
L’homme s’efforça pour garder la mine sérieuse, bien que cela lui coûtait. Il avait beau ne pas aimer les règles de bienséance, et toutes les manières qui faisaient qu’on était considéré comme étant ‘bien élevé’, mais sa fille était bien pire que lui sur ce point.


14 ans :
« Le temps passe et la mort vient » (proverbe)

Cachée dans les écuries afin d’échapper aux travaux de couture qu’elle jugeait ennuyeux à mourir, Oona attendit avec impatience le retour de son père. Cela faisait maintenant 2 semaines qu’il était parti. Jorah était un Rohrrim, et il avait été appelé avec d’autres pour battre contre une troupe d’orcs qui ravageait la région. Même maintenant, Oona était toujours extrêmement proche de son père, et pour le moment, la jeune fille ne se doutait pas que sa vie allait brutalement changer d‘un coup… La nuit venait de commencer à tomber quand la jeune femme entendit le bruit des sabots dans la cour. Cependant, quelque chose n’était pas normal, elle le sentait. Son père était parti seul, mais là, la jeune femme pouvait distinguer le bruits de plusieurs chevaux. Oona sortit en courant de sa cachette. Dans la cour se tenaient 3 Rohrrims, qui venaient tout juste de descendre de leur chevaux. Mais la jeune femme ne leur accorda pas beaucoup d’attention, elle n’avait d’yeux uniquement pour la charrette qu’ils avaient escorté. Sur celle-ci gisait un cercueil en bois, et la jeune femme savait que cela ne pouvait signifier qu’une seule chose. Elle se précipita vers la charrette, les larmes aux yeux. C’était quelque chose qu’elle avait besoin de voir de ses propres yeux, avant de pouvoir y croire… Mais qu’elle le veuille où non, Oona dut se faire à la réalité des choses : son père était mort, tué par les orcs.

A l’âge de 17 ans :
« Le mariage c’est la mort de l’espoir » (woody allen)

« J’ai dit non. C’est hors de question que je l’épouse »
La jeune femme venait de claquer la porte, avant de sortir de la maison en colère. Depuis la mort de son père, son oncle du côté maternel avait aménagé dans la maison, faisant régner sa loi. Oona l’avait toujours détesté, et s’était souvent opposée à lui, si bien que maintenant, il semblait bien décidé de se débarrasser d’elle en la forçant à épouser un homme qu’il avait choisi pour elle, un homme qui aurait largement pu être son père…
La jeune femme avait beau se rebeller, mais 2 mois plus tard, elle fut obligée à se marier. Le jour de mariage est censé être le plus beau jour de votre vie, mais lorsqu’on se retrouve marié à un parfait inconnu - même s’il avait l’air galant - c’est loin d’être un événement heureux. Et pourtant, une fois de plus, Oona ne se doutai pas de ce qui allait l’attendre. Elle se souvenait encore de son frère qui avait averti son nouveau beau-frère : « si j’entends qu’une seule plainte de sa part, je vous tue ». Et contrairement à ce que l’on pouvait penser, ce n’était pas une blague. Les jumeaux avaient toujours été extrêmement proches, et Gwenaël avait fait son possible pour tenter d’aider sa sœur à échapper à ce mariage non désiré, mais même réunis, ils n’y étaient pas arrivés. La jeune femme se souvenait aussi du sourire de son époux, sourire niais comme s’il ne pouvait faire de mal à une mouche.
« Vous n’entendrez pas une seule complainte, soyez rassuré »
Par la suite, il contrôla chaque lettre qu’Oona pouvait écrire à son frère, lui interdisant bien entendu de parler des rabaissements qu’il lui faisait subir, des coups qu’elle devait endurer, et n’en parlons même pas de ce qui se passait dans le lit conjugal… Selon son époux, Oona n’était qu’une jeune femme pourrie gâtée, et il allait lui apprendre à vivre humblement’ comme il disait. Il n’empêche que ce mariage fut horreur pour la jeune femme. Du lever au coucher du soleil, elle devait travailler au domicile de son époux, allant jusqu’à faire les travaux que l’on confiait normalement aux domestiques.

Le goût amer des retrouvailles.
Quatre mois avaient passé depuis son mariage, quatre mois depuis que la jeune femme avait du remarquer que son époux était loin d’être aussi doux, romantique et chevaleresque qu’elle ne l’avait espéré. Pour parler franchement, il n’était rien de tout cela.
Ce soir là, ils devaient recevoir Eivind, l’ami d’enfance d’Oona et l’homme qu’elle aimait, mais qui était maintenant personne d’autre que son beau-fils… Dire qu’à une époque, ils avaient voulu se marier, mais avant que Eivind ne puisse demander l’autorisation au tuteur d’Oona, celui-ci avait décidé de la marier à un de ses amis… Depuis l’annonce des fiançailles de la jeune femme, les deux jeunes gens ne s’étaient pas revus, et même maintenant, Yae ne semblait pas lui adresser un seul regard. Les deux hommes étaient entrain de parler assis devant le feux. Ils ne s’étaient pas vu depuis quelques mois, si bien qu’ils avaient des informations à échanger.
« Femme, apporte nous du vin, notre meilleur ! »
Depuis le début de leur mariage, il ne l’avait pas appelé une seule fois par son prénom, c’était comme s’il ne le connaissait même pas, comme s’il ne s’y intéressait même pas. La jeune femme finit par s’approcher, un pichet à la main.
« Je ne m’appelle pas ‘femme’ mais Oona. Après 4 mois de mariage, vous devriez au moins savoir ça »
Il avait beau la battre, mais ce n’était pas pour autant qu’il avait réussi à la briser… Pas encore. Son mari avait beau sourire, mais la jeune femme compris rapidement en le regardant dans les yeux qu’il allait lui faire regretter ces paroles, une fois leur invité parti. Et pourtant, elle soutenait le regard de son mari. Quand à Yae, pour la première fois dans la soirée, il posa son regard sur la jeune femme, mais celle-ci ne semblait même pas le remarquer. Une fois le jeune homme retiré dans sa chambre, Oona regretta amèrement ses paroles, le dos couverts de sang à cause des coups de fouets que son époux lui avait fait subir en châtiment de son insolence.


19 ans :
« Nous n’avons qu’une liberté : celle de nous battre pour conquérir la liberté » (Henry Jeanson)

Oona était désormais mariée depuis un peu plus d’un an, et malgré le fait qu’elle avait un fort caractère, la jeune femme avait failli par céder. Elle n’en pouvait plus du traitement que lui faisait subir son mari, si bien qu’elle avait fini à se taire, à tout subir en silence. Elle était entrain de traire de brosser sa jument, sa seule confidente, quand elle entendit une voix bien familière.
« Laissez moi faire Madame. Il vous fait bien trop travailler. Si ce serait je serais à sa place… »
« Aylin ! »
C’était le garçon d’écurie, âgée à peine d’un an de plus qu’elle-même. Depuis l’arrivée de la jeune femme, il était complètement tombé sous son charme, et si Oona le laissa lui parler de la sorte, c’était tout simplement parce qu’elle se sentait flattée par son attention, elle lui donnait l’impression d’être encore vivante. Pourtant, il y avait une limite à ne pas franchir, et Aylin semblait l’oublier par moment. Peut être que si son mari n’aurait pas été aussi brutal, la jeune femme aurait été tenter de faire d’Aylin son amant, mais vu les expériences qu’elle avait fait, un seul homme dans sa vie était déjà bien trop. Mais aujourd’hui, le jeune homme semblait l’ignorer. Il s’approcha un peu plus d’elle, avant de poser sa main sur celle de la jeune femme.
« Il vous fait travailler comme une esclave. Vous méritez tellement mieux »
« Non seulement, vous êtes insolente, mais aussi infidèle »
Son mari se tenait devant la porte du box, et le ton de sa voix ne laissait rien prévoir de bon. En deux pas rapides, il était à côté d’eux, et se mit à battre le jeune homme avec la manche d’un balais.
« Toi, tu ne bouges pas, je m’occuperais de toi après »
« Elle n’y est pour rien Monsieur »
Aylin voulait convaincre son maître de l’innocence d’Oona, mais celui-ci ne voulait rien attendre. Quand à la jeune femme, elle savait ce qui allait l’attendre, sauf qu’elle n’avait pas le courage d’affronter cela une fois de plus. D’un mouvement rapide, elle s’était approché de son époux, et avait tiré l’épée que celui-ci portait toujours avec lui, avant de la pointer sur sa gorge. Bien sur, si son mari se serait attendu à un tel mouvement de la part de sa femme, elle n’aurait eu aucune chance de le faire, mais une fois de plus, il l’avait sous estimé…
« Lâche le »
L’homme éclata de rire.
« Pose ça tu vas te blesser. Si tu le poses maintenant, je serais peut être enclin de l’oublier. »
La jeune femme ne répondit pas, se contentant d’observer chaque mouvement de son époux. Une fois de plus, il la sous-estima en croyant qu’il allait pouvoir lui reprendre l’épée, mais elle y avait été préparé. Doucement, elle renforça la pression, la pointe de l’épée toujours posée au niveau de la carotide de son époux.
« Pars »
La voix de la jeune femme était calme, bien qu’intérieurement, elle était en ébullition. C’était comme si chaque fibre de son corps sentait que c’était sa chance pour gagner sa liberté, et qu’elle ne devait pas la laisser passer. Le jeune homme, lui aussi étonné par le comportement de sa maîtresse, se leva avant de partir d’un pas rapide, se retournant de temps à autre comme s’il n’arrivait toujours pas à croire à ses yeux.
« Maintenant, tu me laisses partir »
« Tu ne crois pas vraiment que je te laisse faire ça »
Un sourire s’afficha sur le visage de la jeune femme, un sourire presque machiavélique.
« Ce n’est pas comme si tu avais le choix »
Doucement, sans quitter son mari des yeux, la jeune femme recula pour se rapprocher de sa jument. Pendant tout ce temps, l’épée resta pointée sur cette homme. Cependant, lorsqu’elle sauta sur le dos de son cheval, son mari profita de ce petit instant pour la saisir par le poignet gauche.
« Lâche moi »
Cette fois, c’était son mari qui souriait, persuadé d’avoir gagné. Prise de désespoir, la jeune femme lui répéta encore une fois de le lâcher, avant de faire quelque chose dont elle ne se serait pas cru coupable : d’un coup d’épée, elle tranché la main de son époux, légèrement au dessus du poignet. Puis, prise de peur devant ce qu’elle venait de faire, elle talonna sa jument qui ne se laissa pas prier pour sortir des écuries. En chemin, la jeune femme laissa tomber l’épée, dégoûtée par ce qu’elle venait de faire. Elle s’accrocha à la crinière de la jument, sans se soucier du fait que celle-ci ne portait qu’un simple licol. La seule chose qui comptait désormais, c’était de s’enfuir le plus loin possible d’ici, de préférence aller dans un lieu où personne n’allait être capable de la reconnaître.

A touch of destiny

« Mon Dieu, ça se trouve je l’ai tué, je ne suis qu’une meurtrière… »
Cela faisait maintenant presque 3 semaines qu’Oona était en fuite. Inlassablement, elle dirigeait son cheval dans la direction dans laquelle elle jugeait le Gondor, espérant qu’en passant dans un autre royaume, elle pourrait échapper au châtiment qui devait certainement suivre pour son action. Elle ne pouvait pas savoir que son mari était encore en vie, qu’il allait s’en sortir.
Ce n’est qu’alors que la jeune femme entendit des bruits de sabot venant de quelque part derrière elle.
« Qui est là ? Arrêtez vous ! »
La voix masculine qui l’interpellait lui était inconnue, et pourtant, elle fit tressaillir la jeune femme. Sans perdre une seconde, la jeune femme talonna sa jument, l’obligeant à reprendre le galop, tout en s’agrippant à la crinière, pour éviter de glisser du dos de la jument, mouillé par la pluie qui semblait s’abattre sur elles depuis presque deux jours. Mais contrairement aux chevaux de ceux qui la poursuivirent, sa jument était fatiguée. Si bien que les poursuivants gagnèrent du terrain. Ne connaissant pas l’endroit, la jeune femme finit par emprunter un chemin qui s’avéra être une descente abrupte. La jument pila, tandis qu’Oona fut projetée par terre, et tenta en vain d’amortir sa chute, si bien qu’elle entendit son poignet craquer. Maintenant, les hommes qui l’avaient poursuivi l’avaient atteint, et l’un d’entre eux était même descendu du cheval pour s’approcher de la jeune femme qui était toujours allongée dans la boue. Il posa lourdement sa main sur l’épaule de la jeune femme qui le regarda d’un air apeuré.
« Oona? Qu’est-ce que tu fais ici. Tu n’as rien à craindre de moi, tu le sais bien »
La voix de l’homme refléta son étonnement de voir la jeune femme seule, et surtout, si loin de sa demeure. Cet homme, c’était Eivind, le hasard - ou était-ce le destin - semblait avoir jugé bon de les réunir à nouveau…
« Tu ne sais pas ce que j’ai fait »
« Ma protection est gratuite aujourd’hui, pas besoin de la mériter. »
L’homme tentait de plaisanter, afin de détendre l’atmosphère, mais surtout, pour rassurer la jeune femme. Elle lui paraissait bien frêle et fragile, alors à ses yeux, elle n’avait rien pu faire de grave. Bien sur, il ne savait que trop bien que cette apparence était trompeuse, et pourtant, il resta un moment silencieux quand elle lui raconta ce qui s’était passé. Elle était persuadée qu’une fois au courant, il la détesterait, après tout, il s’agissait de son propre père…
« Il le méritait »
La jeune femme s’était certainement attendue à beaucoup, mais pas à ça.
« Comment tu veux le savoir ? Tu n’y étais pas »
« Non, mais j’ai vu la peur dans tes yeux, ou plutôt devrais-je dire, dans ton œil.. »
Le jeune femme qui était devant lui, pleine de boue, ne semblait être plus qu’un pâle reflet de la jeune femme qu‘il avait connu, de celle qu‘il avait voulu épouser. Il n’était que trop évident qu’elle avait été brisée, et il n’était pas bien difficile de deviner comment. La jeune femme avait encore les traces d'un œil au beurre noir, souvenir laissé par son mari
« Tu n’as rien vu » cracha la jeune femme, lui rappelant un félin blessé qui se retournait pour une dernière attaque.
Ce jour là, beaucoup de choses changèrent pour Oona. Pendant une semaine, elle resta avec Eivind et les hommes qui le suivirent, mais le fossé qui s’était creusé entre eux était quelque chose qui ne put être comblée. Trop de choses n’avaient pas été dites entre eux, et rien n’était plus comme cela avait l’été. Elle avait beau toujours l’aimer, c’était comme si le souvenir du père de Eivind suffisait pour rendre toute relation entre eux impossible. Mais ils finirent par se disputer. Eivind voulait lui imposer bien plus de limites qu’Oona n’était capable de supporter. Il faisait cela pour la protéger, mais cela ne changea rien au résultat final. En colère, chacun partit de son côté. Depuis, 2 ans se sont écoulés, et la jeune femme voyage à travers la terre du milieu, allant librement là où bon lui semble. Elle apprécie sa nouvelle vie, mais si elle pouvait revenir en arrière pour arranger les choses avec Eivind, elle n’hésiterait pas. Mais cela semble impossible, d’autant plus qu’elle ne l’a pas revu depuis leur dispute…
Neuf mois après leur séparation, la jeune femme accoucha d'une jolie petite fille qu'elle décida d'appeler Kahlan. Persuadée que vu sa situation, elle était bien incapable d'élever cet enfant, elle le confia au couple de paysans qui l'avait aidé pendant son accouchement. Elle regretta rapidement cette décision, mais lorsqu'elle revint chercher son enfant, le couple déclara qu'il ne rendrait l'enfant que contre une forte somme d'argent, argent que la jeune femme ne possède pas. Pendant l'année qui suivit, la jeune femme voyageait au Rohan, ne restant jamais longtemps au même endroit. Mais ses pensées étaient bien sur avec cet enfant, et elle cherche un moyen pour pouvoir reccuperer sa fille...



Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Oona ♣ The greatest adventure is yet to come   Lun 16 Jan - 21:10

Hey ! I love you

Bienvenue sur le forum en tant que VIP. Cool Bonne inspiration pour ta fiche, et si tu as la moindre question, n'hésite pas !

:niah:
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Oona ♣ The greatest adventure is yet to come   Lun 16 Jan - 21:16

Sois la bienvenue sur ME ! :gandalf:
Bonne chance pour ta fiche, si tu as la moindre question n'hésite pas.

Bel avatar, soit dit en passant :sam:
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Lorgan Elfwine II
What you don't understand can kill you

Royaume : Rohan
parchemins : 162
date d'inscription : 02/01/2012
situation : Marié, en train de tomber amoureux d'un précieux

MY KINGDOM
J'appartiens au Royaume : des Hommes (Rohan)
Ce que je possède: Mon épée, son foulard...
Mes ancêtres :

MessageSujet: Re: Oona ♣ The greatest adventure is yet to come   Lun 16 Jan - 21:32

Bienvenue sur Middle Earth ma belle I love you

Bon courage pour ta fiche Very Happy

N'hésites pas en cas de soucis !

_________________
In the shadow of your heart, Some folk we never forget,Some kind we never forgive, Haven’t seen the back of us yet, We’ll fight as long as we live, All eyes on the hidden door,To the Lonely Mountain borne, We’ll ride in the gathering storm, Until we get our long-forgotten gold, We lay under the Misty Mountains cold, In slumbers deep and dreams of gold
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Oona ♣ The greatest adventure is yet to come   Lun 16 Jan - 21:58

Merci à vous Very Happy

Linaëwen : merci ^^ J'aime beaucoup ton avatar aussi Very Happy

J'en profite pour dire que ma fiche est terminée. Désolée pour l'histoire, je me suis un peu trop embarquée du coup, c'est long 8D
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Lorgan Elfwine II
What you don't understand can kill you

Royaume : Rohan
parchemins : 162
date d'inscription : 02/01/2012
situation : Marié, en train de tomber amoureux d'un précieux

MY KINGDOM
J'appartiens au Royaume : des Hommes (Rohan)
Ce que je possède: Mon épée, son foulard...
Mes ancêtres :

MessageSujet: Re: Oona ♣ The greatest adventure is yet to come   Lun 16 Jan - 23:32

Il manque le code du règlement miss Very Happy Sinon c'est parfait je te validerais ^^


Welcome !




J'ai rien dis désolé lol c'est parfait, j'adore ton histoire, longue mais intéressante Very Happy Tu peux aller recenser ton avatar, faire tes fiches, flooder, vagabonder Very Happy HAVE FUN !






_________________
In the shadow of your heart, Some folk we never forget,Some kind we never forgive, Haven’t seen the back of us yet, We’ll fight as long as we live, All eyes on the hidden door,To the Lonely Mountain borne, We’ll ride in the gathering storm, Until we get our long-forgotten gold, We lay under the Misty Mountains cold, In slumbers deep and dreams of gold
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Oona ♣ The greatest adventure is yet to come   Lun 16 Jan - 23:35

Ce n'est pas cette fameuse citation d'un nain bien connu que j'ai mis ? scratch
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Lorgan Elfwine II
What you don't understand can kill you

Royaume : Rohan
parchemins : 162
date d'inscription : 02/01/2012
situation : Marié, en train de tomber amoureux d'un précieux

MY KINGDOM
J'appartiens au Royaume : des Hommes (Rohan)
Ce que je possède: Mon épée, son foulard...
Mes ancêtres :

MessageSujet: Re: Oona ♣ The greatest adventure is yet to come   Lun 16 Jan - 23:36

sisi désolé j'ai édité lol j'avais posté mon message tout à l'heure mais il ne s'était pas envoyé ^^

_________________
In the shadow of your heart, Some folk we never forget,Some kind we never forgive, Haven’t seen the back of us yet, We’ll fight as long as we live, All eyes on the hidden door,To the Lonely Mountain borne, We’ll ride in the gathering storm, Until we get our long-forgotten gold, We lay under the Misty Mountains cold, In slumbers deep and dreams of gold
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Oona ♣ The greatest adventure is yet to come   Lun 16 Jan - 23:37

Merci Very Happy
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Oona ♣ The greatest adventure is yet to come   

Revenir en haut Aller en bas
 

Oona ♣ The greatest adventure is yet to come

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» "Life is a ticket to the greatest show on earth."
» [Partenariat] Warriors Cats Adventure
» to die will be an awfully big adventure | fini |
» sometimes, all you need is a bit of adventure - SAGITTA&DOLCE
» [Cultissime] Jojo's Bizarre Adventure

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
. :: 
neverland
 :: Archives :: Première saison
-